Au revoir Jean-Paul !


Jean-Paul nous a quittés ce mercredi 13 novembre. L'annonce de cette nouvelle a créé une terrible choc  pour l'ensemble du club, mais aussi bien au-delà.

C'est que son image et son rayonnement avaient dépassé largement l'enceinte du stade Urbain Wallet.

Il nous faut maintenant poursuivre son ouvrage, chacun à notre façon, en restant fidèle aux valeurs que pendant plus de 45 ans il a insufflé à l'AUC.

Ce sera la meilleure façon de lui rendre hommage, de le rendre vivant et toujours présent parmi nous.

Je vous joins le portrait paru sur le site de la Ligue qui est suffisamment parlant.

A bientôt aux abords ou sur la piste Jean-Paul Bourdon

 

Bruno, président 


JP ton expression favorite : «pas de folies ! ».

 

Au final c’est toi qui a fait preuve de folies toute ta vie.

 

Ta folie, c’est d’avoir sublimer toutes les personnes qui ont eu la chance de croiser ta route.

 

Tu as toujours pris le temps de t’intéresser à ceux que tu entrainais : pépette, ptit père…

 

C’est notre épanouissement que tu recherchais.

 

Pour cela, tu t’es toujours appliqué à nous transmettre tes valeurs : l’optimisme, le don de soi, la générosité, la positive attitude, la patience, le travail, la persévérance …

 

Aujourd’hui nous n’aurons pas le temps d’énoncer tous les mots qui peuvent te caractériser.

 

Tu nous as inculqué cet état d’esprit qui nous permet nous les plus anciens, et qui permettra aux plus jeunes, de briller autant sur la piste que dans la vie.

 

On a tous en tête une consigne, courte et d’apparence banale mais qui voulait dire tant :

« change rien »,

« réveille toi, tu dors là »,

« ça manque de place en bas »,

« y’a un boulevard dis ! »,

« you hou, ça y est on y est ! »

 

Oui, on y est, et on y restera, car tu nous a appris aussi à ne jamais abandonner…

 

Plus qu’un coach, tu seras à jamais un père pour nous.

 

Il est temps de te reposer car tu le mérites !

 

 

La team JP – nov 2019



PORTRAIT DE JEAN PAUL BOURDON

 

Jean Paul Bourdon restera en mémoire pour longtemps pour tous ceux qui l’ont connu, au détour d’un cours d’EPS, d’un entrainement ou d’un colloque. L’athlétisme, qu’il avait en passion, était avant tout pour lui un moyen de distiller une façon d’être.

 

Educateur en premier lieu, il a voulu toute sa vie avoir le souci de la transmission. Généreux, optimiste, soucieux de la jeunesse, sur laquelle il appliquait en permanence son obsession de la formation, il a laissé dans son club, mais aussi dans l’Education Nationale et à la FFA où il a longtemps œuvré, des traces ineffaçables. Aux quatre coins de la France, de colloque en colloque, chacun reconnaissait son enthousiasme et sa disponibilité. Grand promoteur des épreuves combinées, il y voyait la racine même de l’éducation athlétique. Si la compétition le motivait, le sport-santé, la lutte contre la sédentarité, et notamment celle des enfants qui l’inquiétait fortement, étaient également des domaines dans lesquels il avait souhaité s’engager.

 

Il avait suivi ces derniers mois l’évolution des travaux de réfection du stade Urbain Wallet, quasiment chaque matin au moment même où les travaux allaient débuter. La nouvelle piste porte désormais son nom, une façon pour tous les adhérents du club, pour qui le choc est terrible,de le garder en vie et de le rendre inoubliable.